Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 21:55
Entre silence et sifflements

Hier, j'étais avec une cinquantaine de camarades à la réunion de la section socialiste de Quimper. Au même moment se tenait le meeting des 3 candidats socialistes au Zénith.

2 cadres, 2 ambiances bien contrastées.

Tout d'abord, la réunion de section. J'ai eu droit pour la deuxième fois à  un exposé brillantissime de Gilbert Gramoullé sur le phénomène Sarkozy, à travers une étude sur sa filiation par rapport aux 3 droites traditionnelles (légitimiste, orléaniste et bonapartiste si je me souviens bien), ses fragilités idéologiques, sociologiques et stratégiques. Une analyse passionnante sur cet homme qui cache des fragilités incontestables. (à lire dans son intégralité)

Nous avons ensuite parlé brièvement des municipales et enfin clôturé sur le débat interne pour la désignation du candidat socialiste à la présidentielle. Et là, gros silence. Le débat s'est contenté de rappeler quelques valeurs et généralités essentielles certes mais aucune prise de position pour tel ou telle candidat(e), pas de réactions aux jury pop' ou aux débats télévisés. J'ai tenté de lancer le débat à un moment en montrant la vertu du débat, une sorte d'exégèse des frustrations pour que l'on soit au final réellement uni et en ayant clairement fait le choix d'une vision et non simplement d'un vote de concours de beauté, mais tout ceci en vain. D'autre part le premier qui aurait fait l'apologie de son candidat aurait été une cible assez facile pour les autres camps.

Beaucoup ont fait leur choix mais il en reste cependant une bonne partie qui est incertaine ou hésitante. Les rapports de force sont sur le terrain assez différents de la peinture que nous ont fait les médias et instituts de sondage

Enfin, j'ai ressenti une réelle frustration à voir que certains non indécis, si je me fis à mon analyse, rechignent à assumer leur choix publiquement. Par fierté peut être ou du moins je l'espère. Je comprends leur déception à la non candidature de leur favori, qu'il faut un temps pour rebondir mais il y a des moments où le choix est un devoir, ne pas choisir c'est se résigner et tout socialiste a le devoir de lutter contre le renoncement.

A des lieux de Quimper, se tenait le 2ème meeting des candidats face aux militants. On a beaucoup entendu parler de la tension, des sifflets etc... dans les médias. Ils ont enfin eu un peu de sel à mettre dans leur bonne feuille. Ce qui n'est pas clairement exposé, c'est que les sifflements n'étaient pas forcement contre une personne mais peut être contre certaines propositions. Comment est ce possible? Des militants de base socialistes ne partagent pas les visions de la madone? Il y a vraiment des gens qui se prononcent en fonctions d'idéaux et non de posture? Je sais je suis un peu violent là mais bon en écoutant bien, on se rend compte que c'est les jury pop' qui ont été sifflés et ses références à Faudel comme exemple (un ami de Sarkozy pour rappel). elle a aussi été applaudi, certes moins que DSK.

Je pense aussi mais là ce n'est que mon avis personnel que les militants socialistes apprécient le débat, la clarification des idées et ne supportent pas d'être assimilés à des groupies ou à des moutons suivant machinalement les études d'opinions. Les militants veulent être convaincus pour pouvoir être armé pour la bataille contre la droite et pas simplement devenir des fans.

Parlons tout de même du fond. DSK a énoncé sa conception de la présidence: un président "très capable" qui agit réellement du premier au dernier jour pour une France généreuse et internationaliste (aide au développement, lutte contre le SIDA...) avec pour méthode la sociale démocratie à travers notamment son pacte de l'Elysée. Il a réaffirmé comme priorité principale la lutte des inégalités et notamment dans la jeunesse à travers son idée de patrimoine de départ qu'il soumet à amendement sur son site. Sur l'Europe, il a préconisé l'avancer à petit pas par recherche de compromis plutôt que les promesses illusoires d'une France en plus grand. Enfin, il a invité les militants et les français à écouter "la vérité". Ce n'est que par cette voie que la gauche va gagner et durer.


Un petit extrait des "fameux" sifflements:

 
Les sifflets du zenith
envoyé par lezenith2006
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Actualités
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 23:05
Vers l'égalité réelle.

Je ne vais pas trop revenir sur le débat d'hier soir. Premièrement parce que je ne l'ai pas vu en direct mais en différé après avoir lu les critiques donc mon ressenti n'est pas tout à fait le même. Toutefois je note que DSK a été plus clair, moins défensif ou agressif que ces deux autres camarades. Il est vrai que c'est beaucoup plus facile pour lui, quand on suit une ligne claire, avec des convictions solides, on est plus à l'aise et on se trouve rarement face à ses contradictions.

Mais bon la n'était pas mon propos. Je voulais revenir sur la proposition de DSK sur le patrimoine de départ. L'idée de donner aux jeune un capital de départ est tout à fait intéressante.

Elle suit logiquement l'analyse caractéristique de DSK d'attaquer les inégalités à la racine ( socialisme de production). En effet, on voit la frustration de la jeunesse. C'est en elle que réside l'avenir de la Nation. Mais son dynamisme, son envie de créer, d'avancer est souvent freiner par le déficit de capital, de confiance et d'investissement dans la jeunesse. Ainsi prêts bancaires, accession à la propriété ou aux postes interessantsinteressants est un véritable parcours du combattant pour tout jeune n'ayant pas un soutient familiale de poids.

Ce capital de départ pourra permettre la poursuite d'étude longue, l'accession à la propriété, la création d'entreprise ou de projets. C'est dans le premier âge de la vie que se créent les inégalités, et c'est là qu'il faut traiter le problème. Aussi, j'attends avec impatience les détails de cette mesure et les débats, contributions qui vous le nourrir ces 15 prochains jours.

Laisser vos contributions sur le site de DSK

L'exposé de la proposition par DSK:

« La société va mal, mais les jeunes sont ceux qui portent la plus grande difficulté. Les jeunes plus que d’autres, parce que contrairement à nos générations, l’entrée dans la vie adulte est devenue extrêmement difficile. Nous allons en outre leur laisser une planète avec une dette considérable sur la tête de chacun d’entre eux et un environnement passablement saccagé.

Alors nous leur devons quelque chose. Ce que je propose, de la même manière que la gauche a su inventer en son temps le revenu minimum, les emplois-jeunes, nous inventions aujourd’hui le patrimoine de départ.

Le patrimoine de départ, c’est quelque chose qui serait donné à chaque jeune et qui lui permettrait de financer ses études quand il n’en a pas les moyens, d’avoir un projet personnel, professionnel ou autre, de financer par exemple l’apport personnel à un logement, de commencer dans la vie.

Cela ne fera pas exploser la dette, parce que si les milliards qui ont été mis dans la baisse de l’impôt sur les revenus – et principalement la tranche supérieure de l’impôt sur les revenus – avaient depuis cinq ans été mis sur ce projet-là, et bien il y aurait eu assez d’argent, et nous aurions aujourd’hui une France dans laquelle chacun des jeunes auraient ce patrimoine de départ.

Je le dis : il va falloir revenir sur cette baisse de l’impôt sur le revenu, et trouver là le moyen de financer ce dont la France a besoin. Si la France n’est pas capable d’avoir comme projet de société de faire que ses jeunes rentrent dans l’avenir, qu’on leur prépare l’avenir, qu’on leur évite cet incroyable fossé qu’il y a aujourd’hui entre 18 et 25 ans, si nous ne sommes pas capables de mettre notre argent collectif dans les jeunes, alors ce n’est vraiment pas la peine de faire de la politiquweb »


La web presse en parle:


Strauss

Kahn Strauss-Kahn met en débat sur internet son idée de " ...

DSK précise son idée de "patrimoine de départ" pour jeunes 

DSK: "un patrimoine de départ" pour les jeunes


Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quelques réflexions
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 00:13
Cent un quatrains d'Omar Khayyâm

Je viens d'achever la lecture du recueil de quatrains traduits par Gilbert Lazard et attribués à Omar Khayyâm.

Le doute persiste dans la paternité de ces poème à ce fabuleux mathématicien, astronome et physicien perse du XI ème siècle (1048-1131)..

c'est une apologie à profiter du jour présent, vivre pleinement le présent. La métaphore du vin est présente partout, s'enivrer, profiter de la vie.

Ces poèmes sont un vrai délice, une sensualité débordante. Une bouffée de liberté dans ce monde qui se veut de plus en plus normatif.

Morceaux choisis:

Boire frais et vivre à l'aise
                                sans souci, telle est ma loi;
Ni dévotion ni blasphème,
                            liberté, telle est ma foi.
Quel présent veux tu de moi
                                pour gage? ai-je demandé
A la Vie mon épousée.
                                    -Mon seul gage, c'est ta joie!

____

Si tu t'enivres, Khayyâm

                                l'ivresse te soit bonheur!
Si tu étreins une femme,
                                    cet amour te soit bonheur!
Toute chose de ce monde
                                s'achève dans le néant:
Dis_moi que tu es néant,
                                et vivre te soit bonheur!

____

Puisque personne ici-bas
                             n'a charge de l'avenir,
Donne aujourd'hui quelque joie
                                   à ce coeur plein de désir:
Buvons au clair de lune,
                                    car cette lune, ô ma lune,
Longtemps de ce que nous fûmes
                                cherchera le souvenir.

____

Depuis que brillent les feux
                                de Venus et de la lune,
A-t-on trouvé de mieux
                                    que ce nectar: le vin pur?
Je suis dans l'étonnement
                                    du dessein du tavernier:
Que veut-il donc acheter
                                           de meilleur que ce qu'il vend?


Les 97 autres sont aussi bons ....
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quelques réflexions
commenter cet article
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 23:14

Constats et proposition de DSK pour le renouveau socialiste

Le constat

La social-démocratie européenne est en panne. Elle ne sait plus quelles réponses apporter à une question clef de l’identité socialiste : « qu’est-ce qu’une société juste ? »

Elle s’est avérée incapable de lutter efficacement contre les mutations du capitalisme contemporain qui ont profondément creusé les inégalités. Elle ne propose pas de solutions à long terme pour répondre aux enjeux démographiques et aux nouvelles attentes sociales. Elle ne protège plus les citoyens face aux excès du marché.

Pour garantir une société juste, les socialistes français et européens doivent renouveler leur corpus idéologique et élaborer de nouveaux modes d’action adaptés à la réalité économique d’aujourd’hui. Nous devons jeter les fondations d’une social-démocratie moderne. Elle s’incarnera dans une triple vision du socialisme qui aura pour horizon l’Europe.

Selon qu’il naît à Neuilly, Montrouge ou Sarcelles, un enfant ne bénéficiera pas des mêmes chances de réussir. L’ascenseur social français est en panne. Pire, c’est le descenseur social qui est à l’œuvre, faisant craindre que nos enfants ne vivent demain dans un monde plus difficile et plus inégalitaire encore.

Les propositions

-  Le socialisme de la redistribution.

Face au creusement des inégalités, il faut renforcer le socialisme de la redistribution. La capacité redistributive de l’Etat Providence est mise à mal. Pire, notre système renforce les inégalités au lieu de les corriger. Les écarts de revenus disponibles entre les plus aisés et les plus modestes s’accroissent. Il faut donc engager des réformes profondes.

La gauche a longtemps répondu par la seule logique de la redistribution. Le principe en était simple : redistribuer les richesses pour réparer a posteriori les dégâts sociaux causés par le marché. Bien sûr, il nous faut continuer dans la voie de ce socialisme de la redistribution et même le renforcer. Mais cela ne suffit plus. Cela ne suffit plus parce que l’Etat-providence a atteint les limites de ses capacités redistributives. Cela ne suffit plus parce que ce modèle ne prend pas en compte les inégalités de départ dont souffrent les individus. Au contraire, il a tendance à les légitimer, voire à les aggraver. Il nous faut aujourd’hui adapter nos moyens d’action à la réalité d’un capitalisme qui a changé de visage, et d’échelle.

-  Le socialisme de la production.

Nous ne devons plus nous contenter de réparer les dégâts après qu’ils soient apparus. N’ayons pas peur de « mettre les mains dans le cambouis », d’intervenir au sein même du système productif. Il faut attaquer les inégalités là où elle se créent : c’est le socialisme de la production. De nombreuses pistes sont à explorer dans ce sens : la démocratie sociale, la régulation des licenciements économiques, la sécurisation des parcours professionnels, la législation sur les accidents de travail, etc.

-  Le socialisme de l’émancipation.

Le marché n’est pas la seule source des inégalités. Les nouvelles inégalités sont des inégalités de départ, qui dépendent du territoire où l’on naît. Pour renouer avec une réelle égalité des chances, qui doit être le premier combat de tous les socialistes, nous proposons de bâtir un nouveau socialisme : le socialisme de l’émancipation. Il s’agit dorénavant d’agir a priori, d’attaquer les inégalités à la racine, avant même qu’elles ne se créent. Cette lutte est fondée sur un principe simple : il faut donner plus à ceux qui ont moins. Donner plus de capital public à ceux qui ont moins de capital social. C’est un grand retour aux services publics que nous proposons : le socialisme de l’émancipation passe par des réformes novatrices en matière d’éducation, de logement, d’urbanisme, de santé.

Deux conditions sont nécessaires à la mis en œuvre de ces trois socialismes. D’abord, la croissance, parce que c’est avec elle que les Français reprendront confiance dans l’avenir. Ensuite l’Europe, aujourd’hui en panne. Il nous faut la relancer : elle est la seule à avoir la taille suffisante pour peser sur les enjeux contemporains. L’avenir de la France passe par l’Europe.

Socialisme de la redistribution, socialisme de la production, socialisme de l’émancipation : voilà les trois piliers sur lesquels nous voulons bâtir la social-démocratie française. Le réformisme de gauche n’est pas condamné à l’accompagnement social du libéralisme. Il peut et doit être un « réformisme radical ».

Dominique Strauss Kahn

Réagissez sur le site de DSK2007

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quelques réflexions
commenter cet article
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 16:21

Une démonstration irlandaise

Petit coup de coeur et de déception en même temps. L'équipe d'Ulster a infligé au Stade Toulousain une défaite monumentale (30-3).

Cette équipê irlandaise nous a fait la démonstration d'un rugby conquérent, volontaire avec des phases de jeux magnifiques surtout en première mi-temps.

Toulouse s'est quant à elle contentée d'éviter que son adversaire gagne le point de bonus multipliant les fautes. Trop irrégulier, le Stade Toulousain n'a pu développé son jeu et capitalisé sur ses atouts certains.

Cependant Toulouse nous a habitué à mal commencer ces championnats que soit nationaux ou européens et finir par vaincre (ça peut donner des idées à d'autres personnes dans d'autres domaines...).

En effet, peu d'équipes peuvent s'ennorgueillir d'un tel palmares.

A suivre...

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Actualités
commenter cet article
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 22:06

Bientôt 2 ans

En novembre 2004, nous lancions le premier numéro du Quimper socialiste, un journal de la section socialiste de Quimper.

Plusieurs objectifs avaient été fixés. D'un côté, proposer aux Quimpérois la vision de militants socialistes sur l'actualité nationale et locale. D'autre part, de créer un rendez vous régulier entre les militants et les quimpérois lors de la distribution du journal sur les marchés de Quimper. enfin de tisser ou d'entretenir des liens avec le tissu associatif et syndical lors de nos rencontres pour la rubrique Parole aux associations (ou aux syndicats).

Premier bilan après 2 ans, le journal est toujours présent, première victoire au vu de l'espérance de vie que connaisse certains journaux de section. Deuxièmement, il a l'air d'être apprécié puisque de plus en plus de quimpérois viennent le réclamer lors des distributions. Troisièmement, il nous a permis d'avoir des échanges riches et prometteurs avec les quimpérois. Enfin, il nous a permis de montrer aux plus sceptique que  les socialistes étaient présent même en dehors des campagnes électorales pour échanger des idées.

En cliquant sur les dessins de Bob qui illustrent la quasi totalité des Quimper Socialiste, vous accéderez aux différents numéros avec en exclusivité cle dernier né qui sera distribué à la fin du mois.

Bonne lecture!

 

NUMERO 8

NUMERO 7

NUMERO 6

 

NUMERO 5

NUMERO 4

NUMERO 3

NUMERO 2

NUMERO 1

 

 

 

Repost 0
18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 20:37

Un exercice inédit de la démocratie.

 

  

Hier soir, j’ai assisté en compagnie d’une cinquantaine de camarades à la retransmission du débat entre nos trois candidats socialistes à la présidentielle à la MPT de Kerfuntun. L’ambiance était sereine, attentive et amical.

 Au niveau du débat ou de cette confrontation comparative indirect, j’ai trouvé cet exercice très intéressant, assez enrichissant même si trop lisse à mon goût. Il a montré que loin d’être une confrontation de personnalité, le débat permet d’enrichir notre projet « commun » en apportant des précisions ou des lectures différentes des priorités et des méthodes ; une touche de couleur en quelque sorte.

Une touche de rouge sang pour Laurent, une touche de rose pour Dominique, une touche de vert pour Ségolène. En bref, ce débat a fait honneur à la gauche et démontre aux plus sceptiques qu’il ne faut pas avoir peur de celui-ci. Il nous grandit plus qu’il nous dessert et nous permettra de nous présenter uni, une fois la coloration choisie.

 En face, la droite continue et continuera à s’entredéchirer et se présentera sûrement divisée lors du scrutin de 2007, un véritable combat de coq.

 Au niveau du fond, j’ai trouvé les prestations de tous de bonne tenue. J’ai été admirablement surpris d’entendre Ségolène Royal reprendre tout le long de son intervention le principe de développement solidaire qu’avait développé DSK il y a un an en septembre 2005. Laurent Fabius quant à lui a été très bon tribun comme à son habitude avec un bémol tout de même sur son insistance à vouloir être plus à gauche que la gauche de la gauche de la gauche lui fait perdre un peu en crédibilité.

Ce n’est pas une surprise si je vous dit que c’est DSK qui a eu ma préférence, mais beaucoup même partisan d’autres candidats ont reconnu qu’il avait été convaincant. Le « pacte de l’Elysée» qu’il a proposé est une véritable avancée pour instaurer la confiance (moteur de la croissance). C’est cela le véritable débat avec les Français, celui qui associe les partenaires sociaux. C’est aussi là un aspect de la palette de couleur que l’on peut donner au projet. D’autres sont proposés par les deux autres prétendants, le passage systématique par la loi pour tout pour Laurent Fabius, ou le dialogue direct avec les 60 millions de français pour Ségolène Royal.

Des différences, on a pu aussi en relever dans l’approche sur les questions de santé, de SMIC où DSK a tenté de montrer qu’il fallait inscrire les avancés dans la durée et voir à long terme. Par exemple, l’investissement dans la santé, les sciences de la vie sont les leviers qui assureront le développement de demain. Il ne s’agit donc pas de dépenser moins mais de dépenser mieux..

 

 

 

 

 

 

 

DSK est en train de convaincre petit à petit, Ségolène stagne, rien n'est joué.

Je ne pouvais terminer ce post, sans saluer la merveilleuse performance d’Emily Aubry notamment qui a su animer avec son collègue cette confrontation comparative indirecte avec charme et intelligence. (N’est ce pas sylvain).

 

   

Vu sur le Web et dans la presse :

medium_une_du_parisien_debat1.3.jpg

 

Les moments forts LCI

E pericoloso sporgersi JJ Urvoas

Un grand oral interressant Sylvain

Des débats pour arriver rassemblé Le finistère avec DSK

Après le débat, Ségolène Royal toujours en tête, DSK remonte

le site d'akli

L'édito du Monde

 


 

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans blog politique : DSK
commenter cet article
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 21:52

Pour Robert Badinter, c'est DSK. 

Robert Badinter symbolise pour moi l'instigateur d'un des plus grands moments de ces dernières années: l'abolition de la peine de mort.

Cette mesure est pour moi l'une des plus marquantes de la présidence Mitterrand. Elle montre que le courage politique, l'attachement inébranlable en la justice et aux valeurs humanistes permettent d'écrire l'Histoire.

L'opinion de ce grand homme du Socialisme français me touche toujours. Plus encore quand mes réflexions rejoignent les siennes.

 

Robert Badinter nous explique aujourd'hui pourquoi il pense que DSK est celui qui allie le plus de compétences et de qualités pour présider efficacement la France.

Extrait de son entretien au journal Le parisien/Aujourd'hui en France du 16 octobre

 

Qui, des trois candidats à l’investiture PS, aura votre voix ?

Robert Badinter. Ma préférence va à Dominique Strauss-Kahn. D’abord parce qu’il a été un très bon ministre de l’Economie et des Finances pendant trois ans. Or, dans le monde où nous sommes, les problèmes économiques sont essentiels, et les grands choix faits par le président de la République dans ce domaine sont décisifs. Ensuite, parce que Strauss-Kahn a une grande expérience internationale. Sa formation universitaire comme son activité comme ministre du Commerce extérieur lui ont assuré un crédit personnel important au sein des organisations internationales. DSK a, d‘autre part, des convictions profondément européennes et est apprécié par tous les leaders socialistes européens. Enfin, Dominique Strauss-Kahn est un social-démocrate : ses vues sur la gestion de la société française - alliant le dynamisme d’un marché régulé et le constant souci de la justice sociale - rejoint les miennes.

Je ne resiste pas à joindre à ce post un extrait de ce moment inoubliable du 17 septembre 1981 (pour en voir plus :A2):

Sur le web:
Badinter vote Strauss-Khan Universal Press Agency
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans blog politique : DSK
commenter cet article
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 23:49

Montréal, une ville magnétique.

Montréal est la troisième ville francophone du monde après Paris et Kinshasa. Cette ville a quelque chose de magique, un je ne sais quoi qui vous enchante, vous fait sentir chez vous instantanément et vous met de bonne humeur.

 

Un charme certain se dégage de ce fouillis architectural qui n’a aucune cohérence. Des églises vieilles de 4 siècles côtoient des gratte-ciel, des portes chinoises, des maisons multicolores.

 

Une atmosphère unique habite cette ville. Les gens paraissent vivre dans le bonheur. Les gens sont souriants, accueillants et profitent de chaque rayon de soleil.

 

Au milieu de l’île de Montréal trône le Mont Royal d’où la ville tire son nouveau nom. Ce parc offre une vue imprenable sur la ville et où promeneurs, badauds et sportifs en tout genre cohabitent. On y aperçoit le stade olympique, le Biodôme (véritable reconstitution de cinq écosystèmes) et le jardin botanique (un des plus grands au monde, je ferai un post dessus plus tard).

 

Ville Marie ou Montréal est  une ville aux multiples facettes, fière de ses contrastes, effervescente et toujours prête à la fête.

 


montreal
envoyé par advil

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Voyages
commenter cet article
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 22:56

Paroles de militants !!!

Glané sur le net et sur des blogs amis, voici un petit florilège de Pourquoi DSK? de militants socialistes, nouveaux militants, plus anciens, ayant ou n'ayant pas de responsabilité au PS. D'univers différents, d'origines sociales ou géographiques diverses, parisans de DSK de la première heure ou tout recemment séduit, ils nous expliquent pourquoi ils pensent qu'en 2007, la meilleure solution, c'est DSK.

La liste n'est vraiment pas exhaustive, j'ai fait mon choix. (pour une liste plus conséquente ou pour retrouver des sites de votre région : blogs de soutient DSK)

Voir aussi l'excellent site: http://militantspourdsk.over-blog.com/

Et bien sûr commençons par les finistériens,

 

Christian Croguennec:

Dominique Strauss-Kahn est un socialiste ambitieux et réaliste pour nos valeurs, courageux et lucide face aux enjeux de nos combats à venir, européen et vigilant quant à l'avenir du monde. Son expérience, ses analyses, son attachement à notre passé doublée d'une capacité et d'une volonté de les transcender dans ce 21ème siècle qui inquiètent et désespèrent tant de femmes et d'hommes en ce monde tentés par des replis divers, toutes ces qualités font de lui notre meilleur candidat pour 2007.

(lire l'intégralité de ce post Christian Croguennec )

Gilbert Gramoullé :DSK, une voix pour l'espérance

Oui Dominique Strauss Kahn me fait rêver à :
- une Europe qui cesse d'être un rêve ou un cauchemar pour devenir un chemin politique...
- un développement qui choisisse l' Homme comme horizon...
- un monde qui accueille l'avenir avec sagesse....
- une France qui écrive un nouveau chapitre de son roman, qui n'a pas peur d'elle-même, de ses Français et de son futur.

Une France juste sera celle des nouvelles lumières où le gris du présent s'effacera pour un bleu, un blanc , un rouge, un arc en ciel Mandela... Oui je rêve de cette France où un logement , un travail, une formation qualifiante offriront à chacun,cette dignité qui s'est perdue en chemin...  (.../...)

Parce qu'il sait
Parce qu'il saura
Réenchanter le quotidien
Réenchanter le politique.

(lire l'intégralité de ce post Gilbert Gramoullé )

 

Dans la blogosphère:

Antoine Collin: Pour la rénovation permanente

Je le soutiens particulièrement parce qu'outre la compétence que tout le monde lui reconnaît, j'ai confiance dans sa capacité à ne laisser se fossiliser ni sa perception des problèmes sociaux, ni l'inventaire des mécanismes permettant de les corriger. Il fait partie de ceux qui ont le plus abondé le fonds commun d'idées de la gauche ces dernières années, et je le crois capable, une fois son mandat mis en oeuvre, de renouveler son appréciation des buts et des politiques à suivre, afin de promouvoir une réforme permanente et de continuer à être une force de proposition et de confiance à la fin de la législature. DSK ne propose pas simplement le renouveau, mais la rénovation permanente.

 (lire l'intégralité de ce post Antoine collin )

Antoine Ancellet: La cohérence dans l'engagement

Il représente la continuité cohérente d'un engagement à gauche qui a toujours préféré les girondins contre les jacobins, les coopératives, les associations, le mutualisme et l'autogestion contre les soviets et la bureaucratie totalitaire, l'internationalisme contre le patriotisme, le réformisme radical contre la révolution des mots impuissants et des actes sanglants, l'individu et les corps intermédiaires contre la notion de masses populaires, la reconnaissance des différences pour mieux les faire jouer collectif.

(lire l'intégralité de ce post Antoine Ancellet )

Alexis Caraco: Le courage politique

Il ose briser un grand tabou de la gauche: le capitalisme n'est pas qu'un modèle économique servant à enrichir quelques grands groupes sur le dos des plus faibles. DSK nous a déjà prouvé par le passé, qu'en se servant du libéralisme habilement, mais surtout autrement que la droite, il existe une autre façon d'appréhender la mondialisation. C'est pourquoi je pense tout comme lui que notre système économique fonctionnant sur la création de richesses doit être le moteur d'une redistribution équitable dans tous les domaines n'oubliant aucun citoyen. Ainsi, capitalisme ne rime pas forcément avec politique de droite et ultra-libéralisme.

(lire l'intégralité de ce post Alexis Caraco)

Et quelques podcasts:

 

 

 

 


Nordine
envoyé par lerhoneavecdsk

David
envoyé par lerhoneavecdsk
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quelques réflexions
commenter cet article