Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 10:58

Lettre à Mme la ministre française des Affaires étrangère

 Pour que la France politique ne nuise pas à la France culturelle..

. Auteur : H.B.J. Citoyen tunisien Ajouté le : 28-01-2011 Par Hamadi BEN JABALLAH

 

 Qu’il me soit d ’abord permis, Mme la ministre, de saluer en votre auguste personne la France, ce grand  pays  des Lumières que, nous  autres Tunisiens, respectons pieusement, estimant à sa juste valeur  ses contributions décisives au progrès de l'humanité.

 Comptant sur la générosité de votre cœur, je souhaiterais soumettre à la sagacité de votre esprit un distingo que je crois utile de  méditer, en cela qu’il aiderait, me semble-t-il, à éviter la confusion que l'on trouve aux fondements du fameux droit d'ingérence : la France politique n'est pas la France culturelle . La premiére , souveraine, n ’appartient

Qu'aux Français et c'est à elle seule de dire qui est Français ! La seconde, celle de Descartes, de Voltaire, de Rousseau, de Sartre; celle de la «Déclaration universelle des droits de l ’ Homme et du citoyen», appartient, quant à elle, à l ’ humanité entière, entre autres, aux Français autant qu ’ aux Tunisiens !

Mutatis mutandis, la même distinction vaut pour mon pays, la Tunisie. A n’en pas  douter, les Tunisiens le savent bien. Ils l'ont appris de leurs mères et de leurs maîtres d’école. Encouragés par vos soins, les jeunes Français, pour l'intérêt de nos deux pays, le sauront clairement, eux aussi.

Je tiens à vous rassurer Mme la ministre : je ne suis ni un «islamiste fanatique», ni un antifrancophone, ni surtout un «terroriste déguisé». Au contraire, formé à  L'Ecole de La République  qui, aidée par des “ coopérants ” français, les colons d'hier, a généreusement donné à ma génération le rare privilège d’accéder ,autant que faire se peut ,tant aux trésors de la langue d’Al Jahiz et d’Al-Mutanabbi, qu’à ceux de la langue de Voltaire et de Hugo, j’appartiens à  une ère culturelle qui a toujours fait sien ce mot de l'auteur de la légende des siècles des Contemplations : “ Insensé ! Qui sait que je ne suis pas toi ? ” . Une manière de dire que l' autre est  substantiellement  mon alter ego. On ne s ’enrichit réellement, qu ’en se  donnant à autrui «sans s’ôter à soi-même.»

 Fils d ’un vieux  pays où l ’on peut être sans parti, mais jamais sans patrie ou sans famille; un pays où coule «une douceur qui empêche de mourir», je vis dans l é'adhésion absolue  à cet idéal que l’un de mes premiers  ancêtres, le vieux Térence, a sagement, mais énergiquement, opposé à la cécité de l’arrogance du colon romain, homo sum ,humani nihil a me alienum puto. L ’histoire de la Tunisie, ce pays qui a donné son nom à l ’ Afrique, ne prouve-t-elle pas à l ’évidence que l’on est mieux quand on sait reconnaître chez l ’autre ce qu' il a de meilleur ? Même dans les expériences historiques les plus amères ! Des conquêtes arabes, le Tunisien a retenu  ce qu ’elles avaient d ’universel et de beau : l ’ Islam, religion d ’une spiritualité à même de libérer l ’esprit, et la langue arabe qui, à un moment donné de l ’histoire de l ’humanité, a su mettre au goût du jour l ’ humain en tant que tel. Du  colonialisme français, le Tunisien a appris le rationalisme de Descartes, les Lumières de la Révolution, l ’esprit révolté de Sartre, et que sais-je encore ? Nos “ coopérants ” étaient à la fois nos maîtres et nos complices. Avec eux, nous avons appris à rêver. C ’est à vous, Excellence, de prendre la mesure de la distance qui sépare cette  France  culturelle  qui nous a proposé  hier des Idéaux, de la France politique qui nous propose aujourd ’hui, «le savoir –faire policier» !

   A l ’ heure où se trouve portée à son acmé l ’inquiétante question de la montée des opacités, où les conflits des intégrismes de tous bords menacent la paix  des cœurs et du monde, à l  heure où sévit le “ choc des incultures ” , il serait utile de rappeler à la jeunesse de nos  deux pays que le premier homme qui ait clairement appelé l ’ humanité  à distinguer, aussi bien dans sa theoria  que dans sa praxis, les  deux pouvoirs , civil et religieux, ainsi qu ’il l ’enseigne, dans sa fameuse lettre adressée, en 494, à Anastase, l ’ Empereur de Byzance, est l ’un des anciens ancêtres, Saint Gélase Premier .C ’est à lui que la chrétienté doit ,entre autres, la distinction entres Evangiles apocryphes et Evangiles authentiques. C ’est également à beaucoup de mes anciens compatriotes   ,entre autres à Arnobe de Sicca et à  son disciple Lactance, tout comme  à Tertullien et à Saint-Cyprien , que revient le mérite d ’avoir fait évoluer la langue du colon le latin ,la belle  langue de Cicéron, en vue de s ’en servir  pour propager une culture qui ne doit rien à Rome, le monothéiste, dans un empire encore jalousement païen . En cela , notre expérience est deux fois millénaire. La dernière en date est celle de feu Habib Bourguiba. Apprendre la langue de son colon , pour  mieux s ’en libérer.

 Autant d ’ événements qui se sont produits sur la terre de cette belle  Tunisie, dans les plaines  verdoyantes   du Kef ou sur les collines multicolores  de Carthage, à un moment de l ’ histoire où la vaste Gaule, n ’était encore ni latine , ni chrétienne !  Juste pour rappeler à l' intention des jeunes et des moins jeunes , que  les cultures ne se comparent pas. Comme les peuples  qui en sont les porteurs, chacune a sa  propre dignité, sa valeur intrinsèque irréductible.  Au-delà de toute hégémonie, réfléchie ou spontanée, une culture bien comprise est, par vocation, une transcendance, une manifestation de l ’ esprit. L ’ esprit ?! C'est peut-être peu de chose ! Mais c'est lui, Excellence, qui donne le branle à tout le reste. En témoigne le sage H.Poincaré ,votre compatriote : “ La pensée, écrit-il, n ’est  qu ’ un éclair au milieu d ’une longue nuit. Mais c ’est cet éclair qui est tout ” .

 C ’est pourquoi, généreuse, au moins  autant que la France, la Tunisie qui vient de reconquérir sa liberté à la sueur de son front, au prix de son sang, vous en fait don , vous suppliant humblement de daigner le recevoir , en contrepartie de l ’ «expertise policière» par laquelle vous avez bien voulu soutenir notre progrès et assouvir notre soif de liberté … Vous voyez Excellence pourquoi vous m ’ avez blessé ! Profondément ! Vous voyez, Excellence, quel gouffre sépare aujourd 'hui la France politique, celle de l ’ Elysée ou du Quai d ’ Orsay, de la France culturelle; la France de  mes maîtres de  lycée ou de L ’université. Préférant toujours la vérité à la vanité, ainsi que l ’exige une éthique que je tiens de ma mère, je vous prie de veiller  à ce que la France  politique ne nuise pas davantage à la France culturelle. Humblement vôtre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires