Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 23:49
Chaud devant, quel avenir pour notre planète?

CIMG3291.JPGCe soir, l'association la liberté d'esprit organisait une conférence débat avec Noel Mamère sur le thème du réchauffement climatique.

Plus que le réchauffement de la planète, il a été question de l'écologie politique, de sa filiation philosophique et du cadre dans lequel s'inscrivait aujourd'hui et hier ce combat politique.

Noel Mamère, ce personnage est fortement sympathique, haut en couleur. Même s' il abuse des raccourcis faciles ou des démonstrations assez simplistes, il est touchant par sa nature, par sa force humaniste et par son talent de tribun.

Je ne suis pas complétement convaincu par la nécessité de la désobeissance civique dans les cas qu'il a cité (fauchage OGM, Mc Do de Millau...). Mais sur la majorité des aspects de son discours, sur son combat pour une justice environnementale inévitablement liée à la justice sociale, pour une réelle émancipation des citoyens (reconnus ou non), pour son attachement au collectif et à l'importance des institutions publiques, il etait en parfaite résonnance avec notre projet socialiste pour Quimper qui a placé le développement durable au coeur de sa réflexion.

Le développement comme émancipation, comme instrument de la justice sociale, comme amélioration de l'éducation, de la culture et durable comme prospectives à moyen et long terme, comme respectueux des hommes, de l'environnement, du cadre de vie, comme facteur de sécurité de l'emploi, de sécurité environnementale...

Tout sauf une politique individualiste, du cas par cas mais au contraire émanciper l'individu à travers une démarche collective.

Je noterai aussi son déni de la sacralisation de la nature, à approfondir...

Bref, une soirée très agréable en compagnie du crabe, de l'éduc et de la mère de thomas (private joke).



Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 13:49

Bric à Brac Socialiste

 

Depuis que mon ordinateur ne digère plus le café, je n’ai pas été très prolifique sur ce blog. Il faut dire que depuis, j’ai aussi pas mal augmenté mon investissement dans le parti socialiste et de ce fait le temps m’a un peu plus fait défaut.

 

Donc un post pour faire état de quelques faits marquants depuis quelques semaines que je n’ai pas encore relaté, c’est comme un petit flash back dans les semaines précédentes par thématique.

 

-Rencontres très intéressantes avec l’UDB et le Parti Communiste Quimpérois dans le cadre d’une approche commune pour les municipales de 2008. Les discussions sont franches et nos points de convergence assez évidents. 6 ans de travail en commun dans l’opposition municipale ont consolidé les liens qui nous unissent à l’ensemble des forces de progrès. Nous allons rencontrer d’ici peu les autres partenaires de la gauche.

2.JPG

 

-Cantonales 2008 : Deux Assemblées générales de cantons (2 et 3) et deux désignations nettes (respectivement celle de Maryvonne Blondin et d’Armelle Huruguen) pour défendre nos couleurs lors des cantonales de mars 2008. Les 2 candidates sortantes auront à cœur de défendre un bilan de bonne facture du travail accompli par la majorité de gauche au sein du conseil général et d’éclairer nos concitoyens sur les projets à venir.

 

-Municipales 2008 : J’ai animé 4 réunions participatives et une journée de synthèse des travaux sur la base du travail accompli depuis un an  par quatre groupes de réflexion sur le projet des socialistes pour Quimper et Quimper Agglo. Ceci autour de quatre grandes thématiques : Les enjeux du développement durable, les âges de la vie, Vivre la ville et les enjeux éducatifs et culturels. Ce sont à peu prés 200 personnes qui sont venues assistées aux débats participatifs et 70 militants à la journée de synthèse.

 

A chaque fois, les débats ont été riches et ont permis d’apporter des éclairages intéressants. Les travaux des groupes ont donné lieu à une restitution dense et de qualité, fruit d’échanges avec les associations, les acteurs clés de la vie de la cité, des experts et la population et d’une réflexion approfondie des militants. Néanmoins, nous avons eu droit aux éternel « Moi, je » qui ont ponctué certaines interventions (jusqu’à 8 fois dans la même intervention). Symbole que l’individualisme ne cesse de progresser. Entendons nous bien, il ne s’agit pas la de le dénoncer mais au contraire, notre ambition est de répondre à ses aspirations individuelles mais ceci en l’intégrant dans un projet collectif.

 

Sur l’actualité nationale, no comment des blogs amis (voir les liens) ont très bien traduits mes sentiments, il suffit d’aller leur rendre visite.

 

 

 

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 00:48
La section socialiste de Quimper a ouvert un blog.

banni--re-2.PNG
Ce blog se veut être une plateforme d'échange entre les  quimpérois  et les socialistes permettant à chacun de s'exprimer librement sur la vie de la cité.

En ouverture le blog propose aux internautes de contribuer au projet municipal des socialiste en réagissant sur quatre ateliers:

    -Les enjeux du développement durable
    -Les enjeux éducatifs et culturels
    -Les âges de la vie
    -Vivre la ville

Soyez nombreux à y laisser vos commentaires car c'est ensemble que nous bâtirons l'avenir de Quimper

PS: il se peut que dans un premier temps le graphisme soit un peu perturbé sur Internet Explorer, je vous conseille vivement de passer sur Mozilla-Firefox

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 23:14
Maison  de quatier du moulin vert

1ère réunion d'écoute des socialistes des attentes des quimpérois et de leurs  suggestions pour l'avenir de Quimper.

Ces réunions s'inscrivent dans la démarche qu'ont retenu les socialistes quimpérois en vue des élections municipales du 09 et 16 mars prochain: 

-Un premier temps de réflexion, d'écoute  avec les quimpérois à travers ces 4 réunions "Pensons Quimper"

-Un second temps de validation du projet socialiste pour la ville, avec de nouveau des échanges avec les quimpérois pour amender ou enrichir nos propositions.

Une démarche claire pour une volonté forte : Donner à Quimper les meilleures chances pour son avenir à travers des projets d'envergure, retrouver une ville dynamique, ambitieuse en accord avec son temps.

Demain ...
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 00:37
Réunions participatives à Quimper

ville-de-quimper-Poing-et-la-rose.gifDans le cadre de la construction d'un projet  d'envergure de gauche pour les municipales de mars 2008, la section du parti socialiste de quimper lance 4 réunions d'échange avec les quimpérois sur tout les axes de la vie de la cité : économie, transport, urbanisme, éducation, culture, mixité sociale,  logements ...

Ces réunions  viendront enrichir la réflexion dense q'ont mené 4 groupes de travail qui planchent depuis presque un an sur des thématiques variées et complémentaires: la cité à travers les différents âges de la vie,  les enjeux éducatifs et culturels, Urbanisme et mixité sociale et développement économique durable.

J'invite les quimpérois à venir nombreux à ces réunions où leurs contributions, leurs réflexions et attentes seront prises en compte dans l'élaboration d'un projet ambitieux pour dynamiser Quimper, une ville aux atouts certains qui n'attendent qu'à être  mis en perspective.

Donc rendez vous

Le 12 octobre à 20h30 à la maison de quartier du moulin vert
Le 16 octobre à 18h00 à la MPT de Penhars
Le 16 octobre à 20h30 à la MPT de Kerfeunteun
Le17 octobre à 20h30 à la MPT d'Ergué Armel

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 22:57
Hommage à Buxtehude...

Ce soir, je suis allé à un concert d'orgue à la cathédrale St Corentin à Quimper en l'hommage de Buxtehude avec Jan Willem Jansen

Un compositeur dont j'ignorai tout jusqu'à ce soir. 2007 fête le tricentenaire de la disparition de cet organiste allemand qui fût le plus "fabuleux" de son temps et qui inspira JS Bach. Pour en savoir plus je vous laisse découvrir sa biographie dans Wikipédia "Dietrich Buxtehude".

Ce fut une soirée très agréable même si je suis loin d'être un fin mélomane.
Cet instrument me fascine tant par son esthétique que par l'harmonie et la puissance des mélodies qui peuvent en sortir.

Le Festival Orgue en Cornouaille continue toute la semaine à Quimper, Fouesnant et Ergué Gaberic. Le site de l'association: Orgues en Cornouaille
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 22:56
Samedi culturel à Quimper

Aujourd'hui je me suis enfin décidé pour aller visiter 2 expositions que j'avais projetées de voir depuis un petit moment.

Tout d'abord, l'exposition Yves Tanguy, un des évènements majeurs de l'été à Quimper. Une ballade très riche dans l'univers surréaliste de ce peintre.

J'ai particulièrement apprécié les cadavres exquis où la griffe de Tanguy se mêle à celle de Joan Miro, André Breton, Man Ray et Jacques Prévert. Au niveau des tableaux, c'est sans contexte "La peur 2" qui m'a le plus touché, les couleurs y sont magnifiques, les volumes et la perspective y reflètent une émotion particulière.



Une exposition vraiment intéressante que je conseille fortement même s'il est dommage que le prix de l'entrée puisse constituer une barrière pour certains. A quand l'accession gratuite à l'art pour tous comme véritable lien social et source d'émancipation.

Une autre exposition totalement différente mais néanmoins aussi captivante. "In situ exposition" au Quartier, centre d'art contemporain de Quimper présente les travaux de quatre artistes réalisés en dehors de leur atelier, intervenant directement sur le lieu d'exposition. Sergio Prego, Eric Hattan, Nicolas Floc'h et Marie Josée Laframboise nous proposent quatre univers prenants.  J'ai  surtout été saisi  par des sentiments de vertige et de désorientation totale devant la performance  de Serge  Prego et par l'harmonie de l'espace de Marie-Josée Laframboise. Je pense que j'y retournerai volontiers pour assister à l'improvisation que commettra Maribé Demaille (danseuse chorégraphe) au milieu de ces oeuvres en octobre prochain.

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 22:41
L'équipe de campagne de Ségolène, c'est nous!

Ce week end, avec plusieurs camarades nous avons continuer de proposer, de discuter avec les quimpérois des propositions du pacte présidentiel de Ségolène Royal.

Samedi, aux halles de Quimper comme à Penhars, des camarades ont bravé la pluie pour distribuer des tracts et l'expliquer lors d'échanges parfois cocasses. L'accueil en raison de la météo défavorable, pluie et froid glacial, y était un peu moins chaleureux que d'habitude mais pas hostile. Mais c'est toujours un moment de débats et de discussions plus ou moins constructifs avec son lot de surprises.

Ce n'est que de petites exceptions mais c'est celles-ci qui marquent. J'ai eu l'occasion à quelques reprises d'halluciner, j'ai eu le droit entre autre à "Il y a un  complot maçonnique et juif qui veut détruire la France, et il n'y a que Le Pen pour arrêter cela". Je vous avoue que cela fait un choc, je croyais cet argument totalement relégué dans les archives noires d'une certaine France dont on a pas à être fier, ou plus anecdotique "je ne veux ni du Goebels hongrois ni de la poupée Barbie et encore moins de sauce béarnaise"

Samedi après midi et dimanche matin, nous nous étions donnés rendez vous à l'entrée du salon des vins et de la gastronomie. Dimanche, le temps plus clément aidant, nous avons eu un accueil très positif, beaucoup d'adhésions aux propositions de notre candidate et une atmosphère d'espoir, un réel désir de changement.

Et après l'effort le réconfort (c'est facile, j'en conviens). Visite du salon du vin et de la gastronomie de Quimper. Si vous pensez déjà à votre ligne pour cet été, passez le reste de l'article ou allez directement voir l'article de JJU sur le Coca Cola Zéro. Les odeurs vous accueillent des l'entrée, mélange de charcuterie fumée et de fromage traditionnel. Entre un verre de Fronsac et de liqueur de poire, place à la dégustation de foies gras entiers, de saucisses sèches de canard, de jambon basque ou de crépinettes. Sans oublier les fromages de brebis corses ou de la vallée d'Aspe, du reblochons et de la tomme de Savoie ...

"Ptit gros aux paradis de la tentation." (...)

Et une ribambelle d'accents chantants de Provence, de Corse, du pays Basque, d'Alsace, d'Aveyron et bien entendu du Gers, des Landes et du pays toulousain. En bref, une visite très sympathique. Merci Dom pour les invitations.


Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 00:08
La culture au coeur de tout


J'animais ce soir avec mon camarade Gilbert la commission "Enjeux culturels et éducatifs" dans le cadre du projet socialiste quimpérois pour les municipales de 2008.

Le débat a porté d'une part sur un diagnostic global et sur les fondamentaux d'une vrai politique culturelle qui ne soit pas une seul gestion de l'existant mais un outil d'émancipation et de cohésion sociale, et d'autre part sur l'enseignement supérieur. Ce fut encore une fois un débat riche et constructif grâce à l'apport de l'expérience et de la vision de chacun des participants.

La culture et l'éducation au centre de tout, c'est aussi le propos d'une vidéo proposée par le site du PS sur les proposition de Ségolène Royal sur la réussite éducative et  culturelle que je vous propose ci après:



Enfin pour continuer sur le sujet, voici une contribution sur "les enjeux d'une politique culturelle socialiste" que vous pouvez retrouver parmi d'autres sur le site du Manifeste Socialisme et Démocratie proposée par Michel Ray


"les enjeux d'une politique culturelle socialiste"

La culture se présente comme une voie essentielle vers la construction d’un idéal commun et vers l’émancipation individuelle. Héritage des Lumières et de la Révolution Française, cette conception place notre sujet au service de valeurs humanistes, et de fait au cœur de la pensée socialiste.

Cette tradition explique que la culture fait partie en France de la liste restreinte des missions pour lesquelles on reconnaît à l’Etat une véritable légitimité. C’est le sens donné à la Charte des missions de service public de la culture voulue par Catherine Trautmann qui visait alors la définition de ce que doivent comprendre les missions artistiques, culturelles, territoriales, sociales, professionnelles des équipements publics. Cet acte est un premier pas vers la nécessaire reconnaissance d’un véritable service public culturel dont la République a besoin pour réaliser son objectif d’égalité et de justice sociale.

Dans le cadre de l’élaboration du manifeste de Socialisme et Démocratie, nous devons entamer la réflexion sur la culture et les arts en posant, dans un premier temps, les enjeux.

 

Concevoir une politique de la demande pour éliminer les racines des inégalités

 

La crise des banlieues, la désertification rurale, la fracture sociale non résolue, l’accroissement de la pauvreté, sont autant de témoignages de l’accentuation des inégalités territoriales et sociales dans notre pays. Afin que ces symptômes ne se transforment pas en facteurs du déterminisme des catégories sociales en difficulté, la culture doit être réaffirmée d’intérêt général au même titre que l’éducation. En s’appuyant sur le développement de l’offre, notamment en matière d’aménagement culturel du territoire, l’intervention publique n’a réalisé qu’une partie du parcours menant à la démocratisation culturelle. On constate que l’offre est aujourd’hui réservée à un public restreint d’initiés. Il s’agit désormais de développer une action visant à amener tous les publics vers les espaces de rencontre avec l’œuvre. Cela suppose une politique globale tournée en direction de la demande.

Rapprocher les citoyens des œuvres passe en premier lieu par l’éducation. Sensibiliser aux arts est un aspect de la transmission de la connaissance. Il convient donc de placer au cœur de cet enjeu l’école dont la mission républicaine consiste à combattre les racines des inégalités. Mais d’autres formes complémentaires doivent s’adjoindre telles que la médiation assurée par la sphère socioculturelle ou encore l’éducation populaire. Il s’agit de savoir comment aujourd’hui créer les meilleures conditions pour permettre une rencontre féconde entre le public et l’œuvre. Il s’agit également d’imaginer les synergies avec notre système éducatif.

 

L’économie culturelle comme levier des politiques publiques ?

 

Pour toutes les raisons évoquées plus haut, la filière culturelle -production, création, formation, diffusion – demeure une exception face aux logiques marchandes. La culture n’est pas un service comme les autres et doit bénéficier d’un traitement spécifique : subventions, lois… Face à la concentration des industries culturelles, comment garantir la diversité de la création, la neutralité de la diffusion et l’égalité d’accès de la production ?

Le développement des pratiques de loisirs a entraîné l’organisation d’une économie culturelle duale où cohabite un secteur marchand fortement concentré et rentable d’une part et un secteur reposant sur l’exigence artistique et pâtissant d’une forte précarité d’autre part. Comment étendre la solidarité –aujourd’hui insuffisante- de l’industrie culturelle en direction de cet humus dont elle se nourrit ? Cet enjeu ne concerne pas seulement la question de la vitalité du cycle de l’offre culturelle. Il interroge avant tout sur la manière de financer la création et rappelle que celle-ci est affranchie de tout critère de rentabilité. L’Etat et les collectivités doivent-ils être seuls à porter cette mission ?
Quel accompagnement face aux évolutions de la sphère culturelle ?

La production contemporaine se joue des cloisonnements en traversant les disciplines artistiques telles qu’elles sont définies traditionnellement. Ce que l’on nomme les « nouveaux territoires de l’art » a transformé les relations avec le public. Les nouveaux lieux de diffusion échappent également à la grille de traitement public. La création pose le problème de son soutien public dont les formes actuelles inadaptées conduisent involontairement à l’émergence de formes artistiques non reconnues.

La technologie numérique bouleverse les pratiques de consommation et la diffusion. Nous aurons à faciliter l’accès à Internet au plus grand nombre. Sans quoi, nous faillirons dans notre devoir de démocratisation culturelle. L’émergence de cette même technologie appelle, par ailleurs à reconsidérer les modes de rémunération des artistes qui soit respectueux à la fois de la liberté individuelle et des droits patrimoniaux des créateurs. Mais de quelle manière ?

 

Encourager la diversité culturelle

 

La mondialisation et l’intégration européenne ont paradoxalement pour effet l’expression du besoin d’affirmation des identités territoriales. Une réponse a été apportée par l’adoption le 20 octobre 2005 par l’UNESCO de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il s’agit de reconnaître sur le territoire national la diversité culturelle et de respecter les identités sans pour autant céder à la tentation communautariste. Quels moyens mettre en oeuvre pour que cet accord ne reste pas sans effet ? La lutte contre la concentration de l’édition et de la diffusion, l’encouragement à la prise de risque artistique en particulier de la part de la puissance publique, le renforcement de la solidarité des industries culturelles en faveur de la création sont autant de pistes à explorer...

 

Refonder l’action culturelle pour plus de proximité

 

L’intervention de l’Etat est remise en cause en raison de son inefficacité. Cela tient à la convergence de différents facteurs parmi lesquels : l’inadaptation des outils publics aux nouvelles formes artistiques, une décentralisation ne permettant pas de rétablir un lien de proximité et qui ajoute un peu plus à la confusion dans les compétences territoriales, une baisse significative des financements en volume et en nombre. Ce constat invite à réinventer des modalités de dialogue entre l’Etat et les autres partenaires publics. Devons-nous substituer à la politique de labellisation qui a permis de fixer des exigences artistiques et sociales une logique de cogestion intégrant mieux les spécificités du terrain ?

 

Un statut d’intermittent pour mieux servir l’intérêt général

 

Le caractère hybride de la sphère culturelle où se côtoient un secteur public chargé d’une mission d’intérêt général et un secteur privé fortement financiarisé explique en partie les difficultés de l’intermittence. Comment, en effet concilier dans un même statut des conditions d’exercice professionnel opposées ? Nous devons réaffirmer le principe de solidarité interprofessionnelle dans un secteur dont nous aurons préalablement redessiné les contours. Le champ d’application de l’intermittence doit-il écarter les branches économiquement rentables telles que les productions à stricte vocation d’animation ou de divertissement issu du spectacle vivant et de l’audiovisuel ? Dans cette perspective, pourrions-nous imaginer de réserver le statut aux seuls techniciens et artistes en émergence ou dont l’intérêt artistique est reconnu par les pairs ou par le public ? De même, ce régime spécifique serait-il indiqué pour les projets démontrant un réel apport en terme de création, de diffusion ou d’éducation ? L’utilisation du statut doit-elle être recentrée autour des missions essentielles et élémentaires de la culture dans la collectivité (diffusion, création mais aussi éducation) ? Toutes ces questions ne doivent pas occulter la nécessité de préserver le droit à la pratique d’une activité artistique ou technique qu’elle soit amateur ou non. Ainsi, il conviendrait de créer un cadre adapté permettant à chacun d’expérimenter et de « s’essayer » aux métiers artistiques sans mettre en péril l’équilibre des comptes du régime mais offrant la possibilité d’une évolution vers la professionnalisation.

 

La présentation de ces différents enjeux intérieurs –il faudrait les mettre en perspective avec la question du rayonnement international de la France rappelle les multiples dimensions de la culture. 

 

La République doit mettre l’art à la portée de tous tant au plan matériel que sur le plan intellectuel. Dans cet objectif, la sociale démocratie aura à réformer les outils existant et à en inventer de nouveaux. Et parce que la communauté ne peut plus assumer seule cette compétence, il nous revient également le soin de poser l’esquisse de nouveaux rapports avec le marché générateur de richesses mais aussi premier bénéficiaire des effets des politiques publiques.

 

Michel RAY

Loire Atlantique

21 MARS 2007

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 23:42
La campagne sur le terrain

Comme chaque week end depuis quelques semaines, j'ai retrouvé plusieurs camarades pour diffuser le pacte présidentiel sur les marchés quimpérois. Cette semaine nous avons insisté sur les 7 pilliers du pacte présidentiel.

Nous n'étions pas les seuls sur le terrain, fait rare et à souligner: des militants UMP tractaient eux aussi, ils sentent que la campagne ne prend pas la tournure qu'ils espéraient. Et ceci est fortement ressenti sur le terrain, l'UMP sur les marchés, au contact réel des citoyens et non pas des sondages se heurte plus que d'autres au rejet et à la défiance de la population.

De notre coté, l'accueil se fait de semaine en semaine plus chaleureux, les échanges plus productifs. On discute de plus en plus des propositions: la démocratie participative, la réforme des institutions et l'urgence social tiennent le haut du pavé des thèmes de discussion. On accuse bien quelques refus violents comme dans toute campagne mais en nombre très limités.

Quant à la curiosité vers le candidat du centre droit, après l'engouement connu il y a quelques semaines à la suite de l'abattage médiatique des sondages, elle laisse peu à peu place à des réactions dubitatives. La révision des lois Falloux ne semble pas avoir été complètement oubliée, ni la participation de son mouvement à toutes les majorités de droite des précédents gouvernements. De plus, il semble que les citoyens n'arrivent pas à voir concrètement les propositions de Bayrou. Pour cause...

Enfin, le plus préoccupant est que le vote Le Pen ne semble pas reculer contrairement à ce qu'annoncent les sondages. Est ce que les sympathisants frontiste n'ont plus honte de revendiquer leurs appointances avec le parti d'extrême droite? ou la progression des idées nauséabondes de Le Pen sont en train de gagner du terrain attisés par les clin d'oeil de Sarkozy?

La mobilisation ne doit de toute façon pas mollir, parce seule Ségolène est en capacité de permettre une politique plus juste pour une France plus forte.
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Quimper
commenter cet article