Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 22:13
Que de puritanisme !

Un mini scandale pour une vidéo que je trouve assez drôle en soi. Depuis vendredi, l'union européenne a mis en ligne sur le site U tube, des vidéo de promotion de l'union européenne dont une pour la promotion du cinéma européen qui a levé l'opprobe de quelques organisations et députés européens. Aux premiers rang de ce derniers la ligue conservatrice des famille polonaise, ce qui me pousse forcement à approuver cette vidéo,lol.

"C'est bon de voir que l'UE suit son temps"

Bon visionage!!!

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 00:06

La vague rose déferle sur la France

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 23:56
Une ode à la vie !!!

Après une longue ballade à Sainte Anne la Palud, je suis allé voir le deuxième volet du spectacle du théâtre du soleil : Les éphémères au Pavillon à Quimper.

Ce spectacle proposé par Ariane Mnouchkine est excellent. Des tableaux magnifiques et originaux nous transporte dans l'univers imaginé par cet artiste. Une immense émotion nous submerge tout le long de l'enchaînement des épisodes.

Du théâtre audacieux, engagé, vivant, tout ce que je chérie dans cet art. C'est la première fois que j'assiste à une oeuvre d'Ariane Mnouchkine mais je pense que je suis déjà accroc.

Les acteurs ne jouent pas, ils vivent. Chaque épisode vous prend aux tripes, vous délivre un message de tolérance, vous dresse le tableau des détresses de l'âge, du couple, de l'enfance, de la différence.

De plus, tout est ouvert, on se restaure au milieu des artistes, des décors, on se sent très vite chez soi et on a du mal à repartir chez soi.

Bref une excellente journée...

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 23:01
Dur, émouvant: une claque

Ce soir, j'ai regardé Shooting Dogs sur Canal +. Un film sur le génocide rwandais et surtout sur la fuite en avant des occidentaux et notamment de l'ONU.

Mes premiers pas dans l'engagement politique ont  fait suite à  la guerre qui a enflammé l'ex Yougoslavie. Choqué par les images de camps de concentration à la fin du XXème siècle, la révolte profonde qui s'était réveillé en moi m'avait convaincu que pour changer les choses, il était nécessaire de s'engager. J'ai rencontré par la suite des survivants de Sarajevo avec qui j'ai eu l'honneur de jouer une pièce engagée de théâtre. Ils étaient bosniaques, serbes, croates et avait décidé de ne pas céder aux communautarismes et que ensemble, ils serait plus forts. Belle leçon de courage et d'engagement.

Shooting Dogs m'a montré que ma révolte interne n'est pas du tout éteinte. Au delà de l'émotion, du dégoût, de la rage, ma conviction que l'on peut aider le monde à changer reste intacte. Et cela passe par la lutte contre toute forme de communautarisme, de rejet de l'autre, de stigmatisation de population. Cela nécessite aussi une riposte à tous ceux qui instrumentalisent les peurs, les angoisses.

Aussi, ne pourrais je jamais rejoindre ou accepter certains propos, car c'est les graines qui nourrissent ce qui peut devenir plus tard de la haine incontrôlable, inhumaine et irréversible.

Shooting Dogs, un film à voir absolument!

L'histoire: Rwanda, le 6 avril 1994...

L'assassinat du président Habyarimana marque le début du génocide: une épuration ethnique orchestrée par des milices totalement instrumentalisées par quelques politiciens. Les forces armées de chaque Nation en présence reçoivent pour seule mission l'évacuation des ressortissants de leur pays. L'ONU est contraint de rester en spectateur passif de décapitations massives à coup de machettes, haches...

Un prêtre catholique anglais et un jeune enseignant coopérant se retrouvent dans le chaos des premières heures de ce massacre. Totalement impuissants, incapables de juguler la haine, ils sont confrontés à leur propre limite : mourir en restant ou vivre en fuyant le pays.
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 22:44
Revaloriser l'impôt, une mission indispensable face aux démagogues de tout poil


Voilà un véritable coup de coeur, cette pétition lancée à l'initiative du mensuel Alternative économique traduit assez bien ma pensée et la révolte que j'éprouve face à la démagogie de certain.


La première fois que j'ai payé l'impôt sur le revenu, j'étais fier et même content. C'était la traduction du fruit de mon travail d'une part et du sentiment de faire partie de la nation, de contribuer à la solidarité nécessaire à la constitution de toute société juste. Je crois même qu'il serait intéressant que tout citoyen verse au moins une somme symbolique au titre de l'impôt sur le revenu.

Je vous livre l'intégralité de l'appel que vous pouvez signer en ligne sur le site d'Alternative économique en cliquant sur le lien ci dessous:


                  

Appel : « Pourquoi nous consentons à l’impôt »

Nous, soussignés, assujettis à l’impôt sur le revenu, et pour certains d’entre nous, à l’impôt de solidarité sur la fortune, considérons ces prélèvements comme légitimes et sommes fiers d’apporter ainsi notre contribution aux dépenses publiques nécessaires au progrès, à la cohésion sociale et à la sécurité de la nation. Nous considérons également qu’un impôt progressif sur les successions est le corollaire indispensable des libertés économiques offertes par l’économie de marché. Le marché est facteur de progrès parce qu’il permet à l’esprit d’entreprise de s’exprimer. Mais les inégalités qu’il engendre sont mortifères pour la démocratie si aucune limite n’est mise à la transmission héréditaire de la richesse. Celle-ci doit être acquise par le travail, par le talent, et non par le simple fait d’avoir hérité de ses parents. Une société où le pouvoir économique se transmet par héritage, est une société condamnée à une croissance lente, où les rentiers l’emportent sur les créateurs et où travail et mérite perdent toute valeur.

L’Etat doit bien sûr savoir se réformer. Augmenter les impôts n’est pas une fin en soi et la liberté de chacun passe par la libre disposition d’une large part du fruit de son travail. Mais voir des candidats à la magistrature suprême proposer des mesures démagogiques en matière fiscale et justifier la sécession sociale des plus riches nous consterne. Car nos revenus ne proviennent pas seulement de notre talent personnel. Ils ont été acquis par notre travail, mais celui-ci ne porterait pas ses fruits sans le stock d’infrastructures, d’innovations, de savoir-faire, de goût d’entreprendre, de lien social, qui nous a été transmis par les générations qui nous ont précédés. C’est cet héritage commun qu’il nous revient de préserver et de développer en priorité afin d’assurer la qualité actuelle et future de notre vie individuelle et collective. Ce qui passe par un niveau élevé de dépenses publiques. Ces dépenses ne sont pas seulement un coût, elles sont aussi un investissement, gage à la fois de justice et de dynamisme. C’est pourquoi nous consentons à l’impôt et récusons des baisses de la fiscalité dont la contrepartie serait l’insuffisance des moyens donnés à la protection sociale des plus pauvres, à l’éducation, à la recherche, à la santé, au logement ou encore à l’environnement.


Cet appel, lancé à l'initiative du mensuel Alternatives Economiques a déjà reçu le soutien de :Jean-Marie Albertini, économiste, Fadela Amara, Max Armanet, journaliste, Philippe Askenazy, économiste, François Baraduc, chef d’entreprise et vice-président du Conseil général du Rhône, Pierre Besançon, Vice président du Conseil économique et social régional de Franche Comté, Christophe Bigot, avocat, Vincent Boggio, médecin, Gaby Bonnand, secrétaire national de la CFDT, Noël Bouttier, rédacteur en chef de Témoignage chrétien, Robert Boyer, économiste, Anton Brender, économiste, Bernard Carrère, animateur d’association, Luc Champagne, cadre supérieur, Louis Chauvel, sociologue, Christian Chavagneux, rédacteur en chef de l’Economie politique, Jean Clément, créateur et chef d’entreprise, Denis Clerc, fondateur d’Alternatives économiques, Jean-Baptiste De Foucauld, ancien commissaire au Plan, Gilles de Courtivron, ancien dirigeant du groupe La Vie - Le Monde, Geneviève Decrop, ancienne directrice de la Mission Rhône-Alpes d’information sur l’exclusion, Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste, Jacques Delors, Michel Dollé, rapporteur général du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale, François Dubet, sociologue, Gérard Duchamp, cadre supérieur, Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, Gilles Finchelstein, cadre supérieur, Maurice Fournet, ancien chef d’entreprise, Philippe Frémeaux, directeur d’Alternatives économiques, Antoine Garapon, juriste, Patrice Garnier, consultant, Jérôme Gautié, économiste, Christophe Gendreau, Stéphane Gourdon, Frédéric Volovitch, musiciens, Les Wriggles, Roger Godino, ancien chef d’entreprise, Philippe Grangeon, cadre dirigeant, Jean-Paul Hébert, économiste,

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 18:27
Serge Moati : Du côté des vivants

Après villa jasmin, voici le nouveau opus de Serge Moati. Une histoire mi-biographique, mi-fantasmée comme à son habitude.

Ce roman est frais, poétique et plein de bonne nostalgie. Il nous dépeint sa Tunisie, celle de son enfance ou plutôt celle qu'il a recréé à partir de bride de souvenirs, nous raconte son histoire avec une certaine schizophrénie ou une mauvaise foi c'est selon, mêlant réalité rêvée et fantasme réel avec quelques soupçons de mégalomanie.

Et à chaque fois que je lis un de ses romans, je me laisse transporter, je me prends dans le voyage où il invite chaque lecteur.

De plus, il y a une certaine alchimie qui se crée lorsqu'il évoque des lieux connus, des endroits de mon enfance même si je les ai découvert longtemps après le départ des Moati.

Et je retrouve cette atmosphère que me décrivait si bien ma grand mère, une ambiance caricaturée de l'esprit méditerranéen mais si vraie: De ces siestes sacrées à ces petites disputes fraternelles qui prennent des proportions marseillaises; de ce lien à la fois fraternel et conflictuel entre juifs séfarades et arabes musulmans, à cette schizophrénie permanente face à cet héritage culturel mixte.

En bref, si vous avez aimé Villa Jasmin, vous aimerez Du côté des vivants. Sinon, n'hésitez pas à découvrir ces deux romans.
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 23:57
Nouvelle campagne MJS

Trois affiches détournées de très bonne facture. Retrouvez le synopsis ici





Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 23:52
Feu la politique de Donald Rumsfeld, yes !!!

Robert Gates, désigné pour succéder à Donald Rumsfeld à la tête du Pentagone, a été auditionné, mardi 5 décembre, par la commission des forces armées du Sénat.

Il a souligné qu'il était personnellement ouvert à de nouvelles idées sur l'Irak, mais que le président Bush restait seul à décider si des changements étaient nécessaires et lesquels.

Intérrogé par le sénateur démocrate Byrd, il a montré un nouveau visage de la politique américaine dans sa lutte contre le terrorisme. Ses propos étaient mesurés, diplomates et soucieux de rétablir le dialogue. Plus de diplomatie et moins de démonstration musclée et stérile. Il marque la fin de l'aveuglement du gouvernement américain sur son action catastrophique et contre productive en Iraq.

"Le cap que nous suivrons l'année prochaine ou dans les deux années à venir déterminera si les peuples américain et irakien, et le prochain président des Etats-Unis, assisteront à une amélioration lente et régulière de la situation en Irak et dans la région, ou s'ils seront confrontés au risque très réel d'une conflagration régionale" a-t'il déclaré tout en se montrant ouvert à des solutions alternatives. La phrase la plus commentée est sans conteste l'aveu que les USA n'était pas en train de gagner cette guerre.

De même sur l'Iran ou la Syrie, il préfère réouvrir le dialogue plutôt que d'envisager des solutions militaires.

Ceci est encourageant même s'il faut rester prudent. La personnalité et le parcours de Robert Gates montre que c'est une personne pragmatique et prudent mais qui a son lot de casseroles notamment dans le scandale de l'Irangate. Mais à coté des néo-conservateurs qui pullulent autour de Bush, c'est presque un modéré.

En tout cas, c'est plus rassurant de l'avoir à la tête du Pentagone que Rumsfeld et ses propos ne vont pas dans le sens contraire. Peut être est ce le début de la fin du cauchemar de la politique militariste américaine... I hope!





Byrd - Gates
envoyé par inet
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 23:19
Voyage dans la folie du monde

Je suis allé ce soir voir "Sans retour", une pièce dansée de François Verret au Théatre de Cournouaille. Une première pour moi.

C'est en effet la première fois que je rentre dans ce théâtre. Je ne peux tout de même pas continuer à radoter en permanence que Quimper dort, que culturelle ment malgré le dynamisme des associations, cette ville n'a pas la dimension qu'elle mériterait, et ne pas me déplacer quand une occasion se présente.

Sans retour présente des tableaux d'un esthétisme fabuleux. Dans un décor épuré,
6 danseurs évoluent sur différentes musiques (du classique au hard rock) dans une atmosphère mêlant folie et sentiment de liberté infini, aliénation et poésie.

Ils nous proposent des performances de contorsionniste, de claquettes, d'équilibriste, de danse quasi-tribales en résonance décalée à la lecture de texte ou aux chants de Dorothée Ningabire Munyaneza. Le tout dans un mouvement perpétuel fait de chutes, de sauts, de lutte contre les éléments, passant de la révolte à la tendresse, de la conquête au renoncement au sursaut.

Des effets techniques complètent la magie dégagée de la force des danseurs. Jeux de lumière, effets de soufflerie, jeux avec des planches.

On peut tout de même regretter l'utilisation parfois abusive de ces effets. On n'aurait pu éviter la énième soufflerie des  gros ventilateurs par exemple. Une autre petite critique est celui du sentiment d'un spectacle très "in" utilisant les codes des spectacles très à la mode, un peu cercle fermé des gens du moment. Mais ce n'est peut être que mon sentiment et c'est surtout pour trouver une critique.

"François Verret met en scène ce que les mots échouent à dire. Un paysage poétique forgé de mystérieuses mémoires, ombres, traces, signes. Sans retour ouvre une voie où projeter l’imaginaire et son destin, celui de la création comme geste porteur d’une utopie.
Un espace commun où il serait possible de vivre autrement ensemble. "
Irène Filiberti




Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 23:40

Une touche d'humour.

Je ne suis pas un fidèle téléspectateur de Ruquier. J'y avais cependant découvert Florence Foresti en regardant certain de ces sketchs dans "on a tout essayé".

Depuis, je me suis jeté sur son DVD "Florence Foresti fait des sketch", tout simplement génial. Un humour particulier, une justesse dans l'analyse des personnages, et des caricatures qui ne tournent presque jamais au grotesque voire au vulgaire.

Voir son site Florence Foresti

Ce week end, je me suis amusé à regarder sur daily motion, ces imitations de vedettes qu'elle fait chaque samedi soir chez Ruquier. Je n'hésite pas en vous faire profiter en mettant en ligne quelques unes de ces performances.

Quelques extraits glanés sur dailymotion: Ségolène, Cécilia Sarkozy, Paris Hilton, Madonna...



Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article