Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 00:00
Un samedi à Penvillers


Après une semaine chargée entre le boulot et les tractages de campagne , une après midi détente et très agréable au stade de Penvillers en compagnie des camarades Sylvain, Georges, Dominique, Marc et son fils ainsi que Jean Jaques Urvoas et  Véronique.

On a assisté à un match assez sympathique entre les moins de 19 ans de la sélection nationale française et une sélection d'espoirs. De nombreuses jolies phases de jeu et un dynamisme, un punch certain de ces jeunes joueurs ont permis de nous faire vivre un beau spectacle. L'arbitrage très souple et favorisant le jeu y a aussi beaucoup contribué.

Beaucoup d'essais, des échappées spectaculaires, un vrai engagement des joueurs, tout les ingrédients d'un bon match même s'il y avait beaucoup d'approximation dans les passes et les phases de jeu au sol.

En bref, un samedi après midi très relaxant sous le soleil breton.





Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Actualités
commenter cet article
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:23
Pour ceux qui comme moi n'y était pas et qui ne l'ont pas encore vu !

Voici la vidéo du discours de Ségolène Royal ce week end, et le texte du discours (cliquez ici pour le texte en pdf).

En prélude, voici un extrait du discours de François hollande toujours assez fin humoriste. Si vous voulez voir la quasi intégralité de l'intervention premier secretaire n'hésitez pas à faire un tour sur le site du camarade Sylvain L'albatros

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Politique
commenter cet article
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 00:25
3 raisons de se réjouir

Je reviens d'un long week end un peu coupé du monde ces deux derniers jours.

Et ce soir 3 raisons d'aborder cette semaine avec le sourire:

1 L'avortement va enfin être légalisé au Portugal. J'avais assisté à la victoire du parti socialiste portugais il y a deux ans lors d'un voyage touristique à Lisbonne. Les rues étaient pleine d'espoir et de joie. Et j'avais entendu la promesse du premier Socrates de reproposer au vote le droit à l'avortement. Je suis heureux aujourd'hui que les portugais se soient prononcés pour même si le chorum n'a pas été réuni et que c'est par la voie parlementaire que ce droit va s'inscrire. Il reste encore trois pays en Europe à convaincre: L'Irlande, Malte et la Pologne


2 La victoire des bleus sur l'Irlande au tournoi des 6 nations. Grosse surprise et bon présage pour la coupe du monde. Il me tarde de voir l'intégralité du match dont on m'a loué la qualité du jeu. Au vu des extraits que j'ai vu ce soir, je pense que je ne contredirait pas cette analyse


3 Enfin et surtout, le discours de Ségolène Royal a été à la hauteur de l'attente qu'il avait suscité. Des propositions intéressantes et pertinentes, une vision claire de son projet pour la France. Je n'ai pas encore tout écouté mais ce que j'ai entendu me va parfaitement et me donne encore plus de motivation pour mener cette campagne électoral. J'y ai retrouvé pas mal d'éléments auxquels je tenais. Je reviendrai sur ce discours dans les prochains post.


Plus juste, la France sera plus forte


Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Politique
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 23:11

Pour une France au coeur de l'Europe


Voici une tribune qu'a publié DSK dans le journal du monde du 6 février. Enfin l'Europe s'invite dans cette campagne et c'est une nécessité.


Le plaidoyer de DSK pour la relance de la construction européenne dépasse les clivages du oui et du non au Traité constitutionnel et plante les bases d'un nouveau souffle européen.

Bonne lecture


EUROPE: FAIRE ENTENDRE NOTRE VOIX

Il faut prendre la mesure de l'événement, considérable. Le 26 janvier, pour la première fois depuis cinquante ans, les principaux pays européens se sont réunis sans la France pour évoquer l'avenir de l'Europe.

Pendant ce temps, la France se tait. Après un accès de courroux, ou de mauvaise humeur, elle tente de minimiser la rencontre. De faire comme si l'Europe n'existait plus, comme si, dans un monde de plus en plus incertain et dangereux, le devenir de notre pays pouvait s'imaginer sans une Europe forte.

Cette politique de l'autruche ne peut plus durer.

Je comprends la volonté des pays réunis à Madrid de voir leur propre vote, différent du nôtre, respecté. Pourtant, la réunion de Madrid, sans la France, est un précédent désastreux. Laissera-t-on l'Allemagne penser qu'elle doit se tourner vers d'autres partenaires privilégiés pour avancer ? Laissera-t-on la dynamique Espagne se convaincre que le voisin du nord des Pyrénées est défaillant ? Laissera-t-on l'Italie que nous avons emmenée avec nous dans l'euro croire que décidément rien ne viendra plus de Paris ?

Il est plus que temps que la France parle. Il s'agit de rétablir la confiance des Français dans la marche de l'Union tout autant que de faire savoir à nos partenaires que la France a un projet d'avenir pour l'Europe qu'elle entend discuter, négocier, partager, dans la confiance due à ses partenaires européens, mais aussi dans l'exigence qu'imposent les attentes du peuple français.

La négociation sera rude, âpre, comme toujours. Ce sera du donnant-donnant. Mais rien n'est pire que l'absence et le silence, qui laissent s'installer le doute sur la volonté de vivre et de construire ensemble. Il ne s'agit pas de consentir à je ne sais quel reniement devant les dix-huit pays qui ont ratifié le projet de traité constitutionnel et qui se sont réunis le 26 janvier à Madrid, d'exprimer une nostalgie ou une volonté de revanche sur le vote du 29 mai 2005. La décision du peuple français rejetant ce projet de traité doit évidemment être pleinement assumée.

Elle comportait certes une forte composante nationale de rejet du président de la République, de son gouvernement et de sa majorité. Mais le vote des Français, de ceux qui ont voté non, portait aussi, fondamentalement, une profonde insatisfaction à l'égard de l'Europe telle qu'elle se construit aujourd'hui. Une Europe insuffisamment démocratique ; une Europe aux frontières trop floues ; une Europe trop molle face aux dérives de la mondialisation ; une Europe trop chiche face aux inégalités de développement économique et social ; une Europe trop silencieuse face aux désordres du monde. Une bonne partie de ceux qui ont voté oui, comme moi, n'ignoraient pas ces insuffisances.

Les partenaires européens qui ont ratifié le projet de traité constitutionnel doivent et devront entendre cela : le peuple français a rejeté ce projet. Rien ne pourra être fait comme si cette décision n'avait pas été prise. Nous ne pourrons pas accepter un nouveau vote de ce projet. Nous ne pourrons pas nous contenter de quelques habillages de circonstance. Cette aspiration à un autre cours européen doit être portée avec fierté, enthousiasme et rigueur, dans une négociation sérieuse et fondatrice avec nos partenaires. Mais pour que la négociation se noue, encore faudrait-il que nos partenaires sachent ce que nous voulons. C'est ce qu'attendent tout particulièrement nos amis allemands, qui tenteront dans les prochaines semaines, présidant l'Union européenne, de relancer le projet commun. Celles et ceux qui croient que le silence peut être fait sur le débat européen se trompent. Ni les Français, ni les autres Européens, ni même les peuples du Sud qui attendent de l'Europe qu'elle assume ses responsabilités, ne le pardonneraient.

Il nous faudra entendre, comprendre ce qui, dans le projet initial de traité, est le plus indispensable à nos partenaires et pourra être acceptable par le peuple français. Chacun sait bien par exemple qu'une clarification des compétences entre l'Union et les Etats membres est indispensable pour un Etat fédéral comme l'Allemagne ou fortement décentralisé comme l'Espagne. Cette démarche permettrait dans le même temps de répondre au souci des Français de voir respecter l'identité nationale.

Chacun sait aussi que nombreux sont nos partenaires qui souhaitent disposer d'une véritable diplomatie européenne, avec un ministre européen des affaires étrangères doté de services propres. Cela correspond au souhait des Français de voir l'Europe porter, pacifiquement, les valeurs de paix, de développement et de démocratie, et contribuer à un monde plus équilibré, alors que menace le choc des civilisations, nourri à la fois par la montée du terrorisme et par l'unilatéralisme de l'administration Bush.

Il nous faudra surtout savoir, et faire savoir à nos partenaires, ce que le peuple français attend pour adhérer à nouveau au projet européen et, à terme rapproché, à un traité. J'ai la conviction, comme la chancelière Angela Merkel, que la réforme institutionnelle est indispensable, que le processus doit être achevé avant les élections européennes de 2009, et qu'un nouveau revers serait pour l'Europe un échec historique.

La France aurait dû être présente à Madrid le 26 janvier. Elle aurait pu y faire valoir cinq ambitions pour retrouver le chemin de la construction de l'Europe :

- plus de démocratie pour l'Europe, car la contradiction entre l'extension des compétences de l'Union, d'une part, et son fonctionnement largement encore technocratique, d'autre part, est devenue intenable. Le Parlement européen doit, avec des pouvoirs accrus, être au coeur d'une nouvelle démocratie européenne. En défaisant la directive Bolkestein sur les services, il a fait la démonstration de sa capacité à entendre les aspirations des Européens ;

- des moyens budgétaires sérieux pour réduire les inégalités de développement dans l'Europe élargie, lutter contre le dumping social, fiscal et environnemental, soutenir les politiques d'avenir pour la connaissance, l'énergie, le développement durable et le développement au sud de la Méditerranée, notamment pour maîtriser les flux migratoires ;

- un gouvernement économique de l'Europe permettant de remettre la croissance et l'emploi au coeur de la politique économique en accompagnement de la monnaie commune ;

- de nouveaux droits sociaux pour les Européens, à travers l'intégration de la Charte des droits fondamentaux, mais aussi la reconnaissance des services publics ou la création d'un salaire minimum dans chaque pays de l'Union. Le prochain traité devra être un traité social ;

- une clarification des frontières de l'Europe, les prochains élargissements devant être précédés par un approfondissement et une plus grande efficacité du projet européen. Avant de continuer à élargir - ce qui m'apparaît toujours souhaitable à terme pour les Balkans et la Turquie -, il faudra avoir retrouvé l'adhésion des Français et de tous les Européens au projet commun.

Tous ces éléments doivent être discutés, négociés avec nos partenaires, très rapidement. La France ne peut continuer à être silencieuse. Elle ne peut laisser faire sans elle. Ce n'est pas ce que les Français ont voulu. Pour la France, pour l'Europe, il est temps de parler et de se remettre au travail. Le temps des propositions précises pour la relance de l'Europe politique viendra, aujourd'hui j'en appelle au réveil des voix européennes en France.

 

 
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans blog politique : DSK
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 22:44
Revaloriser l'impôt, une mission indispensable face aux démagogues de tout poil


Voilà un véritable coup de coeur, cette pétition lancée à l'initiative du mensuel Alternative économique traduit assez bien ma pensée et la révolte que j'éprouve face à la démagogie de certain.


La première fois que j'ai payé l'impôt sur le revenu, j'étais fier et même content. C'était la traduction du fruit de mon travail d'une part et du sentiment de faire partie de la nation, de contribuer à la solidarité nécessaire à la constitution de toute société juste. Je crois même qu'il serait intéressant que tout citoyen verse au moins une somme symbolique au titre de l'impôt sur le revenu.

Je vous livre l'intégralité de l'appel que vous pouvez signer en ligne sur le site d'Alternative économique en cliquant sur le lien ci dessous:


                  

Appel : « Pourquoi nous consentons à l’impôt »

Nous, soussignés, assujettis à l’impôt sur le revenu, et pour certains d’entre nous, à l’impôt de solidarité sur la fortune, considérons ces prélèvements comme légitimes et sommes fiers d’apporter ainsi notre contribution aux dépenses publiques nécessaires au progrès, à la cohésion sociale et à la sécurité de la nation. Nous considérons également qu’un impôt progressif sur les successions est le corollaire indispensable des libertés économiques offertes par l’économie de marché. Le marché est facteur de progrès parce qu’il permet à l’esprit d’entreprise de s’exprimer. Mais les inégalités qu’il engendre sont mortifères pour la démocratie si aucune limite n’est mise à la transmission héréditaire de la richesse. Celle-ci doit être acquise par le travail, par le talent, et non par le simple fait d’avoir hérité de ses parents. Une société où le pouvoir économique se transmet par héritage, est une société condamnée à une croissance lente, où les rentiers l’emportent sur les créateurs et où travail et mérite perdent toute valeur.

L’Etat doit bien sûr savoir se réformer. Augmenter les impôts n’est pas une fin en soi et la liberté de chacun passe par la libre disposition d’une large part du fruit de son travail. Mais voir des candidats à la magistrature suprême proposer des mesures démagogiques en matière fiscale et justifier la sécession sociale des plus riches nous consterne. Car nos revenus ne proviennent pas seulement de notre talent personnel. Ils ont été acquis par notre travail, mais celui-ci ne porterait pas ses fruits sans le stock d’infrastructures, d’innovations, de savoir-faire, de goût d’entreprendre, de lien social, qui nous a été transmis par les générations qui nous ont précédés. C’est cet héritage commun qu’il nous revient de préserver et de développer en priorité afin d’assurer la qualité actuelle et future de notre vie individuelle et collective. Ce qui passe par un niveau élevé de dépenses publiques. Ces dépenses ne sont pas seulement un coût, elles sont aussi un investissement, gage à la fois de justice et de dynamisme. C’est pourquoi nous consentons à l’impôt et récusons des baisses de la fiscalité dont la contrepartie serait l’insuffisance des moyens donnés à la protection sociale des plus pauvres, à l’éducation, à la recherche, à la santé, au logement ou encore à l’environnement.


Cet appel, lancé à l'initiative du mensuel Alternatives Economiques a déjà reçu le soutien de :Jean-Marie Albertini, économiste, Fadela Amara, Max Armanet, journaliste, Philippe Askenazy, économiste, François Baraduc, chef d’entreprise et vice-président du Conseil général du Rhône, Pierre Besançon, Vice président du Conseil économique et social régional de Franche Comté, Christophe Bigot, avocat, Vincent Boggio, médecin, Gaby Bonnand, secrétaire national de la CFDT, Noël Bouttier, rédacteur en chef de Témoignage chrétien, Robert Boyer, économiste, Anton Brender, économiste, Bernard Carrère, animateur d’association, Luc Champagne, cadre supérieur, Louis Chauvel, sociologue, Christian Chavagneux, rédacteur en chef de l’Economie politique, Jean Clément, créateur et chef d’entreprise, Denis Clerc, fondateur d’Alternatives économiques, Jean-Baptiste De Foucauld, ancien commissaire au Plan, Gilles de Courtivron, ancien dirigeant du groupe La Vie - Le Monde, Geneviève Decrop, ancienne directrice de la Mission Rhône-Alpes d’information sur l’exclusion, Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste, Jacques Delors, Michel Dollé, rapporteur général du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale, François Dubet, sociologue, Gérard Duchamp, cadre supérieur, Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, Gilles Finchelstein, cadre supérieur, Maurice Fournet, ancien chef d’entreprise, Philippe Frémeaux, directeur d’Alternatives économiques, Antoine Garapon, juriste, Patrice Garnier, consultant, Jérôme Gautié, économiste, Christophe Gendreau, Stéphane Gourdon, Frédéric Volovitch, musiciens, Les Wriggles, Roger Godino, ancien chef d’entreprise, Philippe Grangeon, cadre dirigeant, Jean-Paul Hébert, économiste,

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:48
Week-end sur les marchés.

Ce week end, avec quelques camarades nous avons distribué le journal de la section socialiste de Quimper.

Avec notre présence régulière depuis plus de deux ans, nous avons tissé une relation réelle avec les quimpérois. C'est le moment d'échanges constructifs, de discussions parfois enflammées mais toujours intéressantes.

Et le pouls de Quimper ne bat pas à l'unissons des sondages ou de la plupart des médias. Les gens que l'on a rencontré ce week end doutent c'est évident, se posent beaucoup de questions sur leur avenir mais espèrent et ne croient en rien au revirement, au changement de Sarkozy.

Les sujets qui reviennent le plus souvent sont d'ordre social et environnementaux: Le pouvoir d'achat, les retraites, l'Europe, le monde que nous allons laissé aux générations futures. Ces sujets que les socialistes traitent depuis longtemps. Le projet socialiste a déjà esquissé les grands axes des réponses qu'apporteront les socialistes à ces préoccupations et Ségolène Royal, forte des synthèses des milliers de débats participatifs qui ont été organisés partout en France (plus de 5O rien que dans le Finistère) nous livrera au cours des semaines à venir des propositions concrètes sur ces thèmes.

Repost 0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 22:33
Ségolène sur Second Life

Je me suis promené hier dans ce monde virtuel qu'est Second Life. Cette plate forme fait un tabac (3 300 000 utilisateurs) et on peut y retrouver un peu de tout ce qui se fait de pire et de meilleur dans notre monde réel. Il y aurai plus de 20000 français inscrits.

Une petite recommandation pour ceux qui auraient envie de vivre leur vie par procuration dans ce monde virtuel, c'est très anglophone et ça ne vous nourrira pas quoique.

Vous y trouverez même des lieux dédiés à la politique française puisque Ségolène Royal y a créé un comité désir d'avenir et que le Front National y a créé un avant poste de campagne. L'ump quant à lui s'est abstenu de créer un lieu dans ce monde virtuel suivant le conseil avisé de Loic Le Meur. Ce même Loic Le Meur que l'on peut retrouver très souvent sur second life au comité Désir d'avenir, l'ump ayant décidé d'occuper aussi le terrain virtuel. Comme quoi, chez les socialistes on sait être à l'écoute et accueillant.

Hier le débat tournait essentiellement sur la fiscalité mais je vous avouerai que c'est très dur de suivre le fil du débat au vu de la cacophonie générale et des spammeurs sarkozistes et frontistes.

Allez pour les plus curieux voila quelques clichés de ce monde virtuel pris hier au comité désir d'avenir, au siège d'antiFront et au siège du FN. Je vous aurais bien épargné la dernière photo mais ça permet de réaliser que ça fait aussi peur dans le monde virtuel que dans le monde réel.





Et une petite vidéo en prime:

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Politique
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 18:27
Serge Moati : Du côté des vivants

Après villa jasmin, voici le nouveau opus de Serge Moati. Une histoire mi-biographique, mi-fantasmée comme à son habitude.

Ce roman est frais, poétique et plein de bonne nostalgie. Il nous dépeint sa Tunisie, celle de son enfance ou plutôt celle qu'il a recréé à partir de bride de souvenirs, nous raconte son histoire avec une certaine schizophrénie ou une mauvaise foi c'est selon, mêlant réalité rêvée et fantasme réel avec quelques soupçons de mégalomanie.

Et à chaque fois que je lis un de ses romans, je me laisse transporter, je me prends dans le voyage où il invite chaque lecteur.

De plus, il y a une certaine alchimie qui se crée lorsqu'il évoque des lieux connus, des endroits de mon enfance même si je les ai découvert longtemps après le départ des Moati.

Et je retrouve cette atmosphère que me décrivait si bien ma grand mère, une ambiance caricaturée de l'esprit méditerranéen mais si vraie: De ces siestes sacrées à ces petites disputes fraternelles qui prennent des proportions marseillaises; de ce lien à la fois fraternel et conflictuel entre juifs séfarades et arabes musulmans, à cette schizophrénie permanente face à cet héritage culturel mixte.

En bref, si vous avez aimé Villa Jasmin, vous aimerez Du côté des vivants. Sinon, n'hésitez pas à découvrir ces deux romans.
Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Coup de coeur
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 21:01
Tabaccus Prohibitus : Vive le 21ème siècle.

Les journaux ne parlent que de ça depuis 2 jours. En boucle, à en devenir fada.

Tout autre approche dans la chronique de Marie Colmant à la matinale sur Canal+ qui m'a donné l'occasion de me réjouir de vivre au 21 ème siècle.

L'interdiction du Tabac ne date pas d'aujourd'hui puisque déjà en 1642, le pape Urbain VIII condamnait à l'excommunication toute personne prisant du tabac. D'aucun raconte que la raison était l'éternuement entraîné par le fait de priser et qu'éternuer procurerait un plaisir similaire à un orgasme. Bien entendu qui dit plaisir dit pêché.

En faisant une petite recherche sur internet, on peut découvrir que dès 1610 en Turquie, Mourad IV décrète que quiconque serait surpris fumant aurait le nez percé par un tuyau de pipe, puis le fumeur serait promené sur un âne avant que son successeur en arrive à la peine de mort pour les adepte du tabac.

Au même moment au Japon, les fumeurs sont condamnés à l'esclavage. En Russie, Michel Fedorovitch menace les fumeurs de 60 coups de bâton sur la plante des pieds puis le tsar Michel  à cause d'un incendie provoqué par l'imprudence d'un fumeur, interdit le tabac sous peine de bastonnade, puis de mort.

ETC...

Comme quoi, on manque vraiment d'imagination de nos jours...


Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 23:29
Des propositions, des réflexions et un appel à la mobilisation citoyenne.

Ségolène Royal a signé le pacte écologique de Nicolas Hulot.

De plus, elle a adressé à ce dernier une réponse avec des engagements concrets, un appel à aller plus loin et une réelle détermination à faire de sa candidature et de son mandat une fois élue, l'instrument d'une politique environnementale agissante et pas uniquement sublimée par de beaux discours dans des sommets internationaux comme nous l'a habitué notre cher président Jacques Chirac.

Déjà en Poitou Charentes, des actions concrètes ont été engagées et se poursuivent. Voir l'excellence environnementale en Poitou Charentes

En cliquant sur la photo, vous accéderez à la réponse détaillée de Ségolène Royal à Nicolas Hulot


Vidéo de Ségolène pour les débat participatif sur l'excellence environnemental:

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Politique
commenter cet article