Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 17:16

Pour s'y retrouver, un petit panorama des partis politiques tunisiens...( à compléter et à améliorer.) Article pêché sur facebook avec quelques ajouts

L'ex-parti unique

    * le RCD (ex-membre de l'Internationale Socialiste, exclu aujourd'hui apres maintes demandes du PSE et PS français depuis 2008) : Il y a de tout dans ce parti, officiellement socialiste et destourien.

Ultra-majoritaire au parlement, il détenait (ou détient ???) tous les rouages du pouvoir. Au sommet du régime, il revendiquait jusqu’à 2 millions d’adhérents presque 10% de la population totale. Dans les faits, pour obtenir un poste, une subvention, une aide ou simplement pour éviter le harcèlement, le moyen le plus efficace était d’adhérer au RCD.

Les partis annoncés au nouveau gouvernement

    * PDP : socio-libéraux, libéraux et islamistes progressistes
    * Ettajdid : centre-gauche à gauche laïque (ex-communistes)
    * FDTL : Socialistes proche du PSE (Parti Socialiste Europeen)

Ces partis de l'opposition légale se distinguent par leur réelle indépendance manifestée au cours des années. Le PDP (Maya Jribi, Néjib Chebbi) et la FTDL (Moustapha Benjaafar) n'ont d'ailleurs aucun député à la Chambre, en raison de leur boycott des dernières législatives. Ahmed Brahim, d'Ettajdid, était quant à lui le candidat le plus crédible de l'opposition à la dernière présidentielle, et il n'a pas hésité à mener  campagne


Les partis proches du pouvoir, apparemment exclus du processus

    *
MDS : sociaux-démocrates
    *
PUP : socialistes arabes
    *
UDU : nationalistes arabes
    *
PSL : libéraux
    * PVP : parti verts « fabriqué » par la dictature tunisienne pour contrer  le parti  des écologistes "La Tunisie Verte" , parti interdit.

Ces partis d'opposition ont servi de caution démocratique au régime, qu'ils ont très rarement, si jamais, critiqué. Leur crédibilité et leur représentativité en est affaiblie, ce qui explique qu'ils n'aient pas été invités à participer au prochain gouvernement

 

Les partis des extrêmes

    * PCOT : extrême-gauche, 18/01/11 : lever de son illégalité
    * Ennahda : islamistes

Ces deux partis sont ou étaient illégaux. Pour le PCOT, la levée de son illégalité est effective mais d’après les dernières informations ne souhaiterait pas participer aux élections dans le contexte actuel.

Ennahda, parti islamiste, dans la ligne de Khomeiny, a d’ores et déjà annoncé le boycott des élections présidentielles même si son illégalité était levée. Il souhaite néanmoins participer aux législatives. C’est le parti d’opposition le plus controversé, absent du soulevement populaire, il pourrait au vu de ses soutiens (notamment financier) à l’extérieur vouloir récupérer une partie du mouvement en se présentant comme la victime n°1 du régime Ben Ali même si des contacts entre les islamistes et le pouvoir de Ben Ali avait été renoué depuis quelques temps (une banque et une radio islamiques ont fait leur apparition dans le pays, sous le contrôle de la famille du président déchu). Pour rappel Ce parti (ex MIT) avait obtenu 17% lors des législatives de 1991 avant d’être dissout.


Les autres partis

    * TUNISIE VERTE : écologistes (reconnue par Europe Ecologie)

    * CPR : marzoukistes avec le premier candidat déclaré en la personne de Moncef Marzouki qui a fait son retour ce jour en Tunisie.

Ces deux partis (radicalement opposés à Ben Ali) étant encore illégaux, ils ne peuvent participer en tant que tels d'après la constitution actuelle Tunisienne. Mais il n'est pas interdit de voir leurs leaders participer en tant qu'indépendants

 

Article intéressant de Jeune Afrique paru le 19/10/2010 :
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2596p046-051.xml0/

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires