Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PINK ELEPHANT
  • PINK ELEPHANT
  • : Blog d'un militant socialiste de 34 ans, conseiller municipal à Quimper . Ses coups de coeur, ses coups de gueule etc... Sa conviction au reformisme radical, Son regard sur la politique locale et nationale
  • Contact

Référencement

Référencement
Subscribe with Bloglines


 


Boosterblog.com : Echange de clics !

 

Traduire / Translate this page

 

 

 

 


 

Annuaire et ref:

Référencé par Blogtrafic


Annuaire sites politique français - Cliquez ici

 

Locations of visitors to this page

 

 

meilleur site

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
 
Référencé par Blogtrafic
 
annuaire francophone
 
 
Annuaire politique
 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Archives

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 13:43

bertrand-delanoe.JPGC’est l’heure du choix. L’unité des forces progressistes sera d’autant plus profonde, d’autant plus réelle, qu’elle s’établira sur une orientation politique claire, sur des priorités assumées.

En ce qui me concerne, on le sait, en liberté et en responsabilité, j’ai choisi. Sans que cela remette en cause l’estime que je porte aux autres candidats, je voterai, le dimanche 9 octobre, pour Martine Aubry. Et je tiens à en rappeler ici brièvement les principales raisons.

 

1. Je suis convaincu que la gauche est menacée, dans la présidentielle de 2012, par deux écueils d’égale gravité : celui d’apparaître comme laxiste, irresponsable et dépensière ; et celui de réduire ses ambitions à une dimension purement comptable. Nous gagnerons si nous savons marcher sur deux jambes : d’une part, le sérieux budgétaire, car sans assainissement de ses comptes publics la France – chacun le sait- court à la catastrophe ; d’autre part, la justice sociale. Ce deuxième impératif est aussi essentiel que le premier, non seulement par souci élémentaire d’équité, mais aussi au nom de la paix civile : l’exaspération sociale est un ferment d’instabilité au moins aussi important que les questions budgétaires. Or je sais que Martine Aubry rendra compatibles, et même complémentaires ces deux objectifs : le sérieux et la justice. Elle l’a prouvé quand elle était ministre en charge des affaires sociales, notamment, en rétablissant les comptes de la sécurité sociale tout en créant la Couverture maladie universelle.

 

2. Le malaise français, le doute français, ont un nom : le chômage. Trois millions de sans emploi, cinq millions d’inscrits à Pôle emploi, ce sont autant de tragédies individuelles. Si notre pays a, à ce point, perdu confiance en lui-même, c’est d’abord pour cela. Et Martine Aubry est, sans conteste, la mieux placée pour relever ce défi. Le travail, si j’ose dire, c’est son métier. Elle fut l’une des principales inspiratrices des lois Auroux, qui ont institué, pour les salariés, de nouveaux droits fondamentaux. Elle connaît intimement le monde de l’entreprise et le secteur industriel pour avoir travaillé au sein du groupe Péchiney. Nous lui devons aussi, sous l’autorité de Lionel Jospin, les emplois jeunes qui ont mis au travail des centaines de milliers de jeunes (70% des personnes ainsi entrées sur le marché du travail n’en sont pas sorties). Et c’est dans le même esprit qu’elle a inscrit dans notre projet commun les 300 000 « emplois d’avenir ». On nous dit que ce n’est pas nouveau ? Je réponds : « Et alors, puisque ça marche ? ». Au total, si, entre 1997 et 2002, la France a créé 2 millions d’emplois, Martine Aubry y est pour beaucoup. Parce qu’elle sait trouver l’équilibre entre l’impulsion publique et l’initiative privée, entre l’encouragement à l’innovation, et, quand il le faut, des politiques résolument interventionnistes. En soutenant le tissu des petites et moyennes entreprises, en mettant au service de l’emploi sa connaissance fine du monde de l’entreprise, en déployant, à l’échelle d’un pays, le volontarisme dont elle a fait preuve à Lille, Martine Aubry sera la candidate de l’emploi.

 

3. Dans la période infiniment grave que nous traversons, il faut un chef d’Etat qui tienne le gouvernail. Il faut, à la tête de notre pays, quelqu’un qui fasse preuve d’autorité, de détermination, et de courage : le courage de trancher, le courage de déplaire, le courage d’affronter et de surmonter les crises. Par son expérience, par son tempérament, Martine Aubry est une femme d’Etat, elle en aura les vertus et le caractère. Elle saura choisir, et assumer ses choix, sans renoncer à rassembler. Elle l’a prouvé, pendant trois ans, comme Première secrétaire du parti socialiste : elle peut faire travailler ensemble des personnes différentes, en leur fixant un cap commun. Ainsi a-t-elle coordonné, pour 2012, la préparation d’un projet dynamique, et créé les conditions de son adoption à l’unanimité. C’est dans ce même esprit que Martine Aubry sera la candidate du rassemblement des forces progressistes et écologistes. Elle permettra, mieux que personne, d’éviter l’éparpillement des voix de gauche au premier tour. Et elle garantira, dans la durée, en réduisant autant que possible les oppositions internes, le succès d’une équipe nouvelle, rassemblée, et dédiée au redressement de la France.

Bertrand Delanoë

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim Ghachem - dans Martine Aubry 2012
commenter cet article

commentaires